Serait originaire de Watten. Citée en 1280 et 1350. Filiation ininterrompue depuis Denis, 1586, d’Enghien. Échevins. Jean-Philippe, 1660, échevin de Valenciennes. Maîtres de la corporation des couvreurs dans une Valenciennes préindustrielle. En 1677, siège difficile par Louis XIV. Désormais, l’impôt du sang, l’impôt, la perte de biens seront fonction des avatars de la France. Valenciennes sera décorée de la Légion d’honneur.

En 1684, naissance du peintre Jean-Antoine : révolution dans l’art et la sensibilité. Comme pour Mozart plus tard, passage de la soumission au monde élégant et privilégié vers la réalité profonde de l’artiste qui sent venir la mort. Deux autres peintres dits Watteau de Lille. Privilège de batellerie sur le canal Crozat, en souvenir de Jean-Antoine.

Lazare, 1760, est le premier des Watteau « de Maulde ». Suppression des corporation et privilèges.

Jean-Philippe, colonel baron, mort en 1812.

Le grand-père paternel, officier de la Légion d’honneur : Charles François Joseph, né en 1853 à Roubaix. Ingénieur de l’université de Louvain. Pendant la Grande Guerre, commandant du génie, affecté au rétablissement des voies ferrées et routières transvosges. Croix de guerre (deux citations). Épouse médaillée de la Croix-Rouge (blessés sur le front).

Le grand-père maternel, officier de la Légion d’honneur : Daniel Barbot, né en 1873 à Ambès, rattaché aux Barbot d’Aunis, rochelais protestants. Famille de cap-horniers, rituellement disparus corps et biens avant la retraite. Daniel, orphelin, est mousse à 12 ans. École d’hydrographie de Marseille. Maître après Dieu extrêmement jeune. Expédition de Takou (Chine) en 1900. Médaille du sauvetage en mer. Pendant la Grande Guerre, transport de troupes armé face à la menace des corsaires allemands et des sous-marins. Dès 1921, à Newcastle pour la construction de son paquebot de prestige pour la ligne de l’Atlantique sud. Puis en 1929, commandant du Lutetia. Président d’un comité de libération en 1944. Jusqu’à sa mort, aide les démunis dans le maquis des aides sociales, etc.

Le père, grand officier de la Légion d’honneur, général de cavalerie : Charles René Gaston, né en 1889 à Paris. Saint-Cyr, promotion 1912 « la Moskowa ». Le 2 août 1914, il fait prisonnier une patrouille de uhlans (cité à l’ordre n° l de la 8e brigade de dragons). Croix de guerre 1914-1918 (cinq citations). Licencié ès Llettres, proviseur créateur du lycée français de Rhénanie. Palmes académiques. Guerre des Druzes, une blessure par balle sur l’Euphrate. Croix de guerre des TOE (deux citations). En mai 1940, pénètre au Luxembourg. En juin 1940, à la tête du 2e dragon, offensive sur la ligne de la Somme, défensive de la Seine. Encerclé, prisonnier le 18 juin 1940, s’évade et est rejoint par une importante proportion de ses éléments. Chargé à La Réole de recueillir tous les évadés et dispersés, puis commandant du 5e dragons. Il participe à une chaîne d’évasion de malgré-nous d’Alsace-Lorraine — dont juifs — vers l’Algérie. Nombreux dépôts d’armes clandestins, de motocyclettes, essence et munitions en Saône-et-Loire et Ain. Instruit ses cadres à la guérilla. En novembre 1942, il est envoyé avec son régiment et des renforts en artillerie et infanterie en protection du port de Toulon : contre le Nord ou le Sud ? Ses préparatifs : remise en état de chars Somua. Il se fait rappeler par le maréchal Pétain, sous pression allemande, avant même ses dragons. Il refusera de témoigner au procès des amiraux Marquis et de Laborde. Bien qu’en observation par la Wehrmacht et la Gestapo, il maintient les contacts entre hommes et cadres. Il n’est arrêté que le 6 janvier 1943. Attitude extrêmement ferme de son épouse. À Fresnes, il est torturé « préalablement ». Emmené à l’hôtel Continental, il est « interrogé » jusqu’en août 1943. Il est déporté à la forteresse d’Eisenberg (Flossenburg Kommando), où il retrouve Pierre de Gaulle, le colonel de La Rocque, Henri Giscard d’Estaing, Jean Missoffe et Blocq-Masquart, qui l’aidera à s’en sortir en 1945. Croix de guerre 1939-1945 (cinq citations) et médaille de la Résistance. Après deux années de séjours à l’hôpital Desgenettes, il se reprend, inaugure un monument de la résistance en Saône-et-Loire. Président du Burnous, il dirige ses activités militaires vers le maintien de la cohésion des spahis, de la Syrie jusqu’au Maroc, puis, avec le prince d’Essling, vers l’enrichissement des collections du Musée de l’armée.

Le fils (AHH 418), officier de la Légion d’honneur pour ses travaux de recherche et d’enseignement : Jean-François Charles, né en 1930 à Paris. Garçon de ferme dans le maquis pendant les étés 1943-1944. École de l’air. Breveté pilote de chasse en Arizona, puis à l’École de perfectionnement américaine de la chasse. Affectation au théâtre Centre-Europe dans l’escadre de Saint-Exupéry. Croix de la valeur militaire en Algérie, cinq impacts dont un perforant le réservoir d’aile. Chef des opérations-adjoint d’escadre. Vols d’essais d’abord sur la couverture radar Nord-Est, puis campagne d’essais sur les possibilités du Mirage III à très basse altitude, grande vitesse. Chargé de cours à l’École centrale. Avec 22 types d’avions pilotés, et deux blessures homologuées, passage dans le civil aux lanceurs de satellites. Doctorat de mathématiques. Lieutenant-colonel de réserve. Chargé de cours de DEA : modèles mathématiques de la fiabilité. PDG dans l’électronique et avionique. Retour aux États-Unis comme professeur associé et directeur de laboratoires à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). Travaux pour TUS Navy, IBM, Lockheed, Péchiney. En France, travaux sur les hélicoptères, puis pour le président Chaban-Delmas, puis pour le ministre Juppé. Travaux en 2005 sur les problèmes d’énergie primaire aux Caraïbes, sur la voiture électrique banalisée urbaine. Grand invalide.

Bulletin de l’AHH, n° 48, novembre 2006.

Real time web analytics, Heat map tracking

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :