Cette famille franc-comtoise de Lods produisit de nombreux légionnaires, parmi lesquels plusieurs lignées de légionnaires consécutifs à titre militaire comptant jusqu’à cinq générations.

Le premier légionnaire, en 1860, fut Joseph (1794 – 1874), peintre d’histoire et lithographe, qui dirigea le Musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon. Son fils Auguste-Louis (1838 – 1883), capitaine d’infanterie, fut aussi légionnaire.

Un neveu de Joseph, notaire à Besançon, eut à son tour trois fils polytechniciens et légionnaires : Ferdinand (1851 – 1917), ingénieur en chef des ponts et chaussées aux Chemins de fer de l’Est, officier ; Paul (1857 – 1876), général de division, commandeur ; et Henri (1859 – 1951), ingénieur en chef au Paris-Lyon-Méditerranée, chevalier.

Les deux frères ingénieurs ferroviaires eurent des fils légionnaires à la deuxième génération :

  • l’aîné, Ferdinand, en eut six : deux officiers supérieurs tués pendant la Première Guerre mondiale et chevaliers, Georges (1877 – 1914), capitaine de dragons, à titre posthume, et Pierre (1880 – 1917), polytechnicien et chef d’escadron d’artillerie coloniale, de son vivant ; deux officiers de la Légion d’honneur, Jean (1883 – 1969), polytechnicien et ingénieur en chef des ponts et chaussées à la SNCF, et Marcel (1885 – 1969), officier de marine puis conseiller technique d’une entreprise de construction ; et enfin deux jumeaux commandeurs, Emmanuel (1886 – 1961), chanoine de Notre-Dame de Paris et membre du Conseil national de la Résistance, et Maurice (1886 – 1978), lieutenant-colonel d’artillerie puis ingénieur ;
  • le dernier, Henri, eut deux fils officiers de la Légion d’honneur, mais sans enfants légionnaires : Paul (1888 – 1957), directeur de sociétés, et Bernard (1896 – 1981), observateur d’artillerie.

Parmi les fils de Ferdinand, quatre eurent encore chacun un fils officier et légionnaire à la troisième génération :

  • Georges laissa François (1905 – 1976), colonel d’infanterie, commandeur, père de deux officiers supérieurs de l’arme blindée et cavalerie et 4e légionnaires consécutifs : Georges (1934 – 2017 ; AHH 577), colonel, et Hervé, lieutenant-colonel, chacun père d’un fils colonel et 5e légionnaire consécutif né en 1969 : respectivement, Ghislain et Corentin ;
  • Paul (1915 – 2001), fils de Pierre, polytechnicien, capitaine puis directeur de société ;
  • Michel (1917 – 2004), fils de Jean, était capitaine d’artillerie et officier de la Légion d’honneur ;
  • enfin, Marcel laissa Claude (1914 – 1939), lieutenant d’aviation, et Antoine (1923 – 1956), lieutenant de vaisseau de l’aéronavale, morts pour la France, le premier accidentellement, le second en mission de bombardement sur l’aérodrome Almaza du Caire.

Hormis Claude, tous laissent une postérité susceptible comme eux d’adhérer à l’AHH.

Bulletin de l’AHH, n° 60, 2019.

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :