Anciennement Cahurta, le nom de cette famille originaire des îles anglo-normandes, est cité en 1490 dans le Herald Office. Une branche, fixée en Normandie, émigra pour partie en Amérique lors de la révocation de l’édit de Nantes, où elle subsiste aujourd’hui. Une autre s’installa en Lorraine et redevint catholique dans les dernières années du XVIIe siècle.

À cette dernière branche appartenait Jean-Baptiste Cahart, maître de la poste aux chevaux de Stenay à Nancy (1774 – 1847). Il fut maire-adjoint de Stenay pendant cinquante ans. Le dernier de ses deux enfants, Armand Alcide Cahart (1823 – 1906), colonel (Saint-Cyr, 1841 – 1843), commandeur de la Légion d’honneur, grièvement blessé à la jambe droite pendant la guerre franco-allemande de 1870, comme le seront aussi — et à la jambe droite également — son fils et son petit-fils dans les deux autres guerres franco-allemandes, quitta l’armée en raison de son infirmité et se dévoua dans les œuvres sociales militaires et patriotiques. Il en fut récompensé par la grande médaille d’or de la Société d’encouragement au bien.

Son fils, René Cahart (1876 – 1943), commandant, officier de la Légion d’honneur, grièvement blessé à Verdun, laissa deux fils, tous deux officiers supérieurs et membres de la Légion d’honneur, dont Didier Cahart, commandeur, lieutenant-colonel, notre collègue. Son fils, Patrice Cahart, né en 1942, énarque, inspecteur des finances, qui poursuit la tradition de servir l’État, vient d’être fait chevalier de la Légion d’honneur.

Bulletin de l’AHH, n° 28, 1986.

Real time web analytics, Heat map tracking

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :