Anciennement établie en Bourgogne, cette famille est mentionnée dès 1397 à Savoisy (Côte-d’Or) près de Montbart. Plusieurs branches sont éteintes, les « Galauzeau de Nesle » au XVIe siècle, les « Galozeau de Belletin » au XVIle. Seuls aujourd’hui représentés, les Galouzeau de Villepin doivent leur nom, semble-t-il, à une terre située en bordure de la paroisse de Cruzy-le-Châtel (Yonne), suite au mariage, présumé vers le XVe siècle, entre un notaire royal, Honoré Ferdinand Galouzeau, et Marie Victoire Alphonsine de Tourmont, fille unique du dernier comte de Tourmont et seigneur de Villepin.

Émigrés en Lorraine au milieu du XVIIIe siècle, où leur filiation s'établit désormais d'une manière indiscutable, les descendants de cette union s’illustrent, à deux générations successives, comme officiers dans les fermes du roi : Jean-Baptiste (1724 – 1778), puis Louis, Jean-Baptiste Galouzeau de Villepin (1750 – 1815), honoré en 1814 de la décoration du Lys par le duc de Berry au nom de la monarchie restaurée.

Son petit-fils, François-Xavier de Villepin (1814 – 1885), avocat à la cour d’appel de Paris, membre de l’Académie de Metz et commandeur de l’ordre pontifical de Saint-Sylvestre, aura trois fils de son mariage avec Marie-Eugénie de Blair, dernière du nom, d'origine écossaise, issue des maisons royales de Stuart et de Plantagenêt. Ces fils, tous trois officiers, sont les auteurs des rameaux actuels de cette famille, qui compte 18 légionnaires, dont 16 à titre militaire, et 9 « honneurs héréditaires », dont une seule filiation a été, pour I’instant, reconnue par l’A.H.H. :

  1. Robert de Villepin (1851 – 1901), saint-cyrien, lieutenant-colonel breveté d’état-major, chevalier de la Légion d’honneur en 1893 ;
  2. François de Villepin (1890 – 1972), saint-cyrien, président et administrateur de sociétés, officier de la Légion d’honneur en 1950 ;
  3. Xavier de Villepin, né en 1926, sénateur, vice-président de la chambre de commerce et d’industrie de Paris, chevalier de la Légion d’honneur en 1977.

Son fils, Patrick de Villepin, né en 1958, ancien élève de l’E.N.A., auditeur à la Cour des comptes, a été admis à l'A.H.H. le 4 novem­bre 1987.

Armes

D’azur à la fasce d’or accompagnée de trois écussons d’argent, deux en chef et un en pointe.

Bulletin de l’AHH, n° 30, 1988.

Real time web analytics, Heat map tracking

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :