C’est dans le pays de Grasse que s’est tenue le samedi 8 octobre 2016, sur proposition de Jean-Louis Matout, la deuxième rencontre de l’antenne méditerranéenne de l’AHH. Pour mémoire, la première avait eu lieu sept mois plus tôt à Toulon, dans le cadre exceptionnel du Musée national de la marine.

Rendez-vous était donné aux membres de l’AHH, à leur conjoint et à leurs invités aux jardins du Musée international de la parfumerie (MIP), où tout commença par une réunion présidée par l’amiral Benoît Chomel de Jarnieu : au programme, les objectifs des rencontres de l’AHH, une présentation des membres présents et de leurs accompagnateurs, les récits des parcours et actes remarquables des membres de chaque famille, puis échanges sur les valeurs qui nous rassemblent.

La journée fut ensuite consacrée à la visite guidée des jardins du MIP par le jardinier en chef, puis celle du musée lui-même, où nous avons été accueillis par le conservateur en chef des musées de Grasse.

Entre ces deux visites très appréciées, les participants ont été invités à déguster, en plein air en ce jour ensoleillé de début d’automne, au milieu des fleurs et autres plantes à parfums de ce site privilégié de la campagne grassoise, un délicieux panier pique-nique préparé à leur intention par Yves Terrillon, le célèbre chef de La Cuisine des fleurs, à base de capucine, de citronnelle, de lilas, de lavande et de coquelicot.

Certes, nous n’étions guère nombreux, mais la convivialité était au rendez-vous.

Rendez-vous fut donné pour la 3e rencontre de l’AHH en Provence-Alpes-Côte-d’Azur au printemps 2017, à Avignon, Marseille ou Aix-en-Provence… N’hésitez pas à formuler des propositions d’escapades !

Benoît Chomel de Jarnieu.

L’AHH a déjà admis plus de 500 familles comptant trois légionnaires consécutifs. Quelques-unes ont fait l’objet d’une notice dans le Bulletin de l’AHH, principalement dans sa rubrique « L’Honneur de servir ».

 

  1. d'Aboville
  2. d’Albis
  3. Allard
  4. Allart
  5. Amson
  6. André
  7. Andrieux
  8. d'Arbonneau
  9. Arnault de La Ménardière
  10. Arnoulx de Pirey
  11. Arvengas
  12. Aube
  13. Aubert
  14. Audemard d'Alançon
  15. Augarde
  16. Aulagnier
  17. d’Avout d’Auerstaedt
  18. Bapst
  19. Barba
  20. Barbey
  21. Barbié et Barbié de Préaudeau
  22. Barois
  23. Baron
  24. Barral
  25. Barrillon
  26. Barth
  27. de Bary
  28. Bassac
  29. Bataillon-Debès
  30. Baucheron de Boissoudy
  31. Baudart
  32. Baudot
  33. Baulier
  34. Beguin-Billecocq
  35. de Belenet
  36. Belgodère
  37. Belin
  38. Benâtre
  39. de Benoist
  40. Benoît de Nyvenheim
  41. Bény
  42. Bérenger
  43. Berge
  44. Berger de Nomazy
  45. Bergeron de Charon
  46. Bernard
  47. Bertaux
  48. Bésineau
  49. Besnier
  50. Besse
  51. Billecocq
  52. Biswang
  53. Blanc
  54. Blanchard
  55. Blumenthal
  56. Bohineust
  57. Boisot
  58. Bollet
  59. Bommier
  60. Bonafous
  61. Bonavita
  62. Bondet de La Bernardie
  63. Bonnaire
  64. Bonnin de Fraysseix
  65. Borel de Bretizel
  66. Boss
  67. Boucher
  68. Bouchet
  69. du Bouëxic de Guichen
  70. Bourdeau
  71. Bourdila
  72. de Boysson
  73. Bréant
  74. Bréguet
  75. de Brem
  76. Brézet
  77. Britsch
  78. Brugère
  79. Brun
  80. Brunet
  81. Bruzeau
  82. Budan de Russé
  83. Buquin
  84. Buttin
  85. Cahart
  86. Camus
  87. Careil
  88. Carli
  89. Carnot
  90. Caron
  91. Casal
  92. Castillon
  93. Cayatte
  94. de Chabannes-Curton-La Palice
  95. Chailley
  96. Chalmin
  97. Chaperon
  98. de Chappedelaine
  99. Chaptal de Chanteloup
  100. Chardiny
  101. Charpy
  102. Charton
  103. Chateauminois
  104. Chauffert-Yvart
  105. du Chaxel d'Henriville
  106. Chevalier de Lauzières
  107. Chevreau
  108. Chomel de Jarnieu
  109. Choppin Haudry de Janvry
  110. Clavel
  111. de Clercq
  112. de Clermont-Tonnerre
  113. Clouët des Pesruches
  114. Collas
  115. Collet
  116. Colonna de Giovellina
  117. Colonna-Walewski
  118. Comby
  119. Compagnon
  120. Cossé
  121. de Cossé de Brissac
  122. Coste
  123. Coulanges
  124. Coureaud
  125. Coze
  126. de Crépy
  127. Croiset
  128. Croissandeau
  129. Curet
  130. Cyvoct
  131. Dagain
  132. Dagonet
  133. Dagorn
  134. Dard
  135. Datcharry
  136. Daubian-Delisle
  137. Dautheville-Guibal
  138. Déal
  139. Dehollain
  140. Delage
  141. Delahousse
  142. Demetz
  143. Démogé
  144. Demotes-Mainard
  145. Denaiffe
  146. Deniau
  147. Dennery
  148. Desaleux
  149. Deschiens
  150. Desdouits
  151. Desthieux
  152. Destremau
  153. Dickson
  154. Didelot
  155. Didier
  156. Dieudonné
  157. Doulcet
  158. Doumic
  159. Dreyfous
  160. Drouin
  161. Dubail
  162. Dubalen
  163. Dubern de La Fontenelle
  164. Duburquois
  165. Duchon
  166. Ducret
  167. Dufour
  168. Duquesne
  169. Durosoy
  170. Dutheil de La Rochère
  171. Duval
  172. Emery
  173. Enoch
  174. Étienne
  175. Fadda
  176. Fagalde
  177. de Fauque de Jonquières
  178. Faure
  179. Faveris
  180. de Ferry de Fontnouvelle
  181. Février
  182. Filatriau
  183. Fleuriot de Langle
  184. Florentin
  185. Flour
  186. Flüry et Flüry-Hérard
  187. Fockedey
  188. Fortoul
  189. de Foulhiac de Padirac
  190. Foulon
  191. Fourmentin
  192. François
  193. Frignet-Despréaux
  194. Gaillardot
  195. Galouzeau de Villepin
  196. Gambert de Loche
  197. Gardeur
  198. Gars
  199. Gaudart
  200. Gaultier de La Ferrière
  201. Gauroy
  202. Gayard
  203. Genêt
  204. Gentil
  205. Georges
  206. Gèze
  207. Gicquel des Touches
  208. Gilis
  209. Giraud
  210. Goerger
  211. Goinard
  212. Goislard de La Droitière
  213. Golléty
  214. Gougeon
  215. Goüin d'Ambrières
  216. Goulard-Coderc de Lacam
  217. Goupil
  218. Goybet
  219. de Gramont
  220. Grandclément
  221. Gras
  222. Gravereaux
  223. Grison
  224. Grouvel
  225. Guibaud
  226. Guilhamat
  227. Guilhou
  228. Guillain
  229. Guillemot
  230. Guri
  231. Guyomarc'h
  232. Hadengue
  233. Hanoteau
  234. Havard dit Duclos
  235. Hélie
  236. Heugel
  237. Hibon
  238. Hogard
  239. Huberdeau
  240. Huchet de Quénetain
  241. Husson
  242. Jacquin de Margerie
  243. Jaillard
  244. Jalenques
  245. Jamin
  246. Janssen
  247. Jaubert
  248. Jeux
  249. Jobert
  250. Joubert des Ouches
  251. Jounot
  252. Jourda de Vaux de Foletier
  253. Jourdan de La Passardière
  254. Juillet
  255. Keime-Robert-Houdin
  256. Klepper
  257. Kreitmann
  258. La Batie
  259. de La Bonninière de Beaumont et Bonnin de La Bonninière de Beaumont
  260. Laboria
  261. Labrosse
  262. de La Brosse
  263. Lacarrière
  264. Lacoste
  265. Laffaille
  266. Lafond
  267. Lagrange
  268. de Laire de Verdonnet
  269. de Lajudie
  270. de Lamarche
  271. Lambert
  272. de La Motte-Ango de Flers
  273. Lamy
  274. Lancelin
  275. Lancrenon
  276. Landeau
  277. Lannes
  278. Lapadu-Hargues
  279. de Laporte
  280. Laporte-Many
  281. Lapouge
  282. La Roche
  283. Lavelaine de Maubeuge
  284. de La Ville de Baugé
  285. de La Ville-Montbazon
  286. Layet
  287. Lebé
  288. Lebon
  289. Le Bréquier
  290. Lechaix
  291. Leclerc
  292. Le Cœur
  293. Le Conte
  294. Lefaivre
  295. Léger
  296. Legrand
  297. Legros
  298. L'Eleu de La Simone
  299. Le Magnen
  300. Le Masson
  301. Le Merre
  302. Leniaud
  303. Le Nôtre
  304. Léon-Dufour
  305. Lepel-Cointet
  306. Le Pelletier de Woillemont
  307. Le Roux
  308. Leroy
  309. Leroy-Beaulieu
  310. Lesne
  311. de Lesquen du Plessis-Casso
  312. Le Taillandier de Gabory
  313. Lévêque de Vilmorin
  314. Levesque
  315. Lhermitte
  316. Libron
  317. Loiseleur des Longchamps-Deville
  318. Lorenchet de Montjamont
  319. Lorenzi
  320. Lotte
  321. de Loubens de Verdalle-Le Groing de La Romagère
  322. de Louvel de Valroger
  323. Loyer
  324. Lyautey
  325. Mabille du Chesne
  326. Machet de La Martinière
  327. de Mac-Mahon de Magenta et de Mac-Mahon
  328. Mailhos
  329. Maitrier
  330. Malacamp
  331. Malartre
  332. de Malglaive
  333. Mallez
  334. Malliart
  335. Marc
  336. Marchal (1)
  337. Marchal (2)
  338. Maréchaux
  339. Marin
  340. Marion
  341. Mars
  342. Marteau
  343. Martin (1)
  344. Martin (2)
  345. Masnou
  346. Masson-Regnault
  347. de Matharel
  348. Mathieu
  349. Matout
  350. Matter
  351. Maury
  352. Mayer
  353. de Méneval
  354. Méquesse
  355. Mercier
  356. Meric
  357. Méric de Bellefon et de Méric de Bellefon
  358. Merlin
  359. Merveilleux du Vignaux
  360. Mesnard
  361. du Mesnil
  362. Meykiechel
  363. Michelon
  364. Millet
  365. de Miol-Flavard
  366. Mirabaud
  367. Monin
  368. Montandon
  369. Monteux
  370. Montjean
  371. de Montzey
  372. Morand
  373. Morel
  374. Mottez
  375. Mouillefarine
  376. Mounier
  377. Nancey
  378. Navillot
  379. Nobécourt
  380. Nogues
  381. Noiret
  382. Oddo
  383. Olivier
  384. Ollé
  385. d'Omézon
  386. Oudin
  387. Paillard
  388. Paillot
  389. Panhard
  390. Panier des Touches
  391. Paulus
  392. Pech
  393. Peillard
  394. Pelletier Doisy
  395. de Pellissier de Reynaud
  396. Peltier
  397. de Penfentenyo de Kervéréguen
  398. de Penguern
  399. Périer
  400. Perrin
  401. Pertus
  402. Pérussel
  403. Pesme
  404. Pétiet
  405. Peuchot
  406. Peyrelongue
  407. Picard et Picard-Destelan
  408. Pierret
  409. Pilot
  410. Pinet
  411. Pinta
  412. Piot
  413. Pirot
  414. Planté
  415. Playoust
  416. Ploix
  417. Pocard du Cosquer de Kerviler
  418. Poinçon de La Blanchardière
  419. Porchier
  420. Poudevigne
  421. Poupard
  422. Pravaz
  423. Prax
  424. du Pré de Saint-Maur
  425. Protche
  426. Puel de Lobel
  427. Putinier
  428. Putz
  429. Quatrefages
  430. Quinio
  431. Regnault de Prémesnil
  432. de Rendinger
  433. Rials
  434. Riche
  435. Ricquier
  436. Rideau
  437. Rivière
  438. Robillot
  439. Roca
  440. Rocquemont
  441. Rolland
  442. Ronin
  443. Ronsin
  444. Rougier
  445. Roulleaux-Dugage
  446. Rousseau
  447. Rousselle
  448. Rousset
  449. Rouvier
  450. Roux de Bézieux
  451. Roze des Ordons
  452. Ruffat
  453. Sagot
  454. Saillard
  455. Saint-Martin
  456. de Saint-Pol
  457. Saint-Raymond
  458. Salou
  459. de Saporta
  460. Savatier
  461. Schlumberger
  462. Schuhler
  463. Schwerer
  464. Segond
  465. Serra
  466. Sévène
  467. Sévenet
  468. Seydoux-Fornier de Clausonne
  469. de Sèze
  470. Simon
  471. Simonot
  472. de Sonis
  473. Soudan
  474. Soyer
  475. Sterne de Chambourg
  476. Tabuteau
  477. Talboutier
  478. Terrier
  479. Théron
  480. Thiébaut
  481. Thomazi
  482. Thorel
  483. Thoux
  484. Tirat
  485. Tonnet
  486. Tourret
  487. Toussaint
  488. Touton
  489. Tranié
  490. Traub
  491. de Trentinian
  492. Trinquand
  493. Troullier
  494. Trutié de Varreux et Trutié de Vaucresson
  495. de Turckheim
  496. Turquan
  497. Vaillant
  498. Vermot
  499. Veyron-La Croix
  500. de Vial
  501. Vignal
  502. Vignon
  503. Villard
  504. Villaros
  505. Villecourt
  506. Villemain
  507. Villetard de Laguérie
  508. Vincent
  509. Viney
  510. Virgitti
  511. Vivaux
  512. de Vulpian
  513. Watteau
  514. Woignier

Dans le langage courant, il est fréquent de ponctuer une phrase concernant les associations des mots « loi de 1901 » : « il s’agit d’une association loi de 1901 ». Or, bien peu savent que cette précision est importante. Car il existe, en droit français, des associations qui ne relèvent pas du régime de la loi de 1901 mais de la loi de 1908, et plus généralement du Code civil local applicable aux départements d’Alsace et de Moselle. Quelles sont donc ces associations, dites « de droit local » ?

1. En droit français, après une longue période d’interdiction par la Révolution (notamment loi Le Chapelier du 14 juin 1791), les associations ont été ré-autorisées par la loi du 1er juillet 1901, avec toutefois un objectif certain : que les pouvoirs publics puissent les contrôler aisément. C’est ainsi que le régime français des associations est un régime juridique de méfiance à l’égard des personnes décidant de s’associer, même pour des raisons parfaitement légitimes.

Créé dans un climat général d’anticléricalisme, ce statut d’associations a été utilisé à partir de 1905 pour contrôler congrégations reconnues et associations cultuelles (qui sont venues remplacer les anciens établissements publics du culte, chargés avant 1905 de la gestion des biens des évêchés et paroisses). Dans une telle perspective, une association ne saurait avoir pour objet de partager des bénéfices, ni enrichir tel ou tel de ses membres, même si des exceptions sont désormais possibles. De plus, une association de droit français n’obtient la pleine capacité juridique que lorsqu’elle bénéfice du statut envié (et peu aisé à obtenir) d’association reconnue d’utilité publique. Dans ce cas-là, elle peut réaliser tout acte juridique, y compris recevoir des legs.

2. Toute autre est la philosophie des associations en droit allemand, qui structure le droit alsacien-mosellan des associations.

Comme chacun le sait, l’Alsace et la Moselle ayant été annexées à l’Empire allemand à la suite de la guerre franco-prussienne de 1870, la loi française de 1901 — pas plus que la loi de 1905 séparant les Églises et l’État — n’a pas pu y être appliquée. Et la promesse a été faite par le président Poincaré, dès le début de l’année 1915, dans la portion d’Alsace reconquise pendant la guerre (une petite partie du Haut-Rhin, à l’ouest de Mulhouse, englobant Thann, Altkirch, Dannemarie…), de laisser aux Alsaciens leur droit et leurs coutumes, notamment en matière de culte et d’enseignement. Cet engagement a été finalement tenu, malgré diverses contestations assez pénibles, et les lois du 1er juin 1924 ont confirmé l’application d’un droit local dans les deux départements d’Alsace et en Moselle dans un certain nombre de matières. Ce droit local est aujourd’hui encore applicable, dans des matières aussi différentes que le droit local des cultes, le droit communal, le droit de la chasse, quelques aspects de procédure civile ou de droit du travail, le droit de la publicité foncière, et donc le droit applicable aux associations.

La philosophie du droit local des associations est celui de la pleine liberté : sous réserve d’être 7 fondateurs (au lieu de 2 en droit français), une association peut avoir un but lucratif ou non et bénéficie de la pleine capacité juridique dès son inscription au tribunal.

La différence est d’importance notamment en matière fiscale, puisqu’une association de droit local alsacien-mosellan n’a pas besoin d’attendre de se voir reconnaître une mission d’utilité publique pour recevoir des dons et legs (les dons des particuliers et ceux des entreprises bénéficiant des avantages fiscaux de droit français dans les mêmes termes que pour les associations de droit général ; attention toutefois : les legs sont pour leur part soumis au taux parfaitement confiscatoire de 60 % dans le cas où l’association de droit local n’a pas reçu la qualification de mission d’utilité publique).

D’autres différences existent avec le régime de droit français : la direction doit au minimum être composée de trois personnes (un président, un secrétaire, un trésorier), alors que le droit français est (théoriquement) plus souple sur ce point — mais le droit français ne reconnaît pas nécessairement de mandat légal de représentation au président, ce qui est le cas en droit local. Une association de droit local peut posséder tout immeuble, sans restriction, tandis que le droit français limite les immeubles à ceux strictement nécessaires à l’accomplissement de l’objet de l’association.

Ce régime de droit local, plus libéral, est applicable à toute association ayant son siège en Alsace-Moselle, même si ses activités ont lieu à l’extérieur de ce territoire.

La reconnaissance de la mission d’utilité publique est accordée par le préfet du département dans lequel l’association a son siège, après avis du tribunal administratif de Strasbourg. Les conditions pour obtenir cette mention sont assez drastiques, ce qui explique qu’assez peu d’associations bénéficient de ce statut. De façon résumée, l’objet de l’association doit être à caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, familial ou culturel ; l’association doit être à but non lucratif ; l’association doit avoir une certaine importance (200 membres minimum, 3 ans d’existence, un budget d’un montant non négligeable…).

Comme dans bien d’autres domaines du droit, peut-être que le droit local des associations servira un jour d’aiguillon au droit français des associations pour évoluer vers un régime plus raisonnable et plus respectueux du principe de liberté des associations.

Jean Paillot.
Avocat à Strasbourg.
Bulletin de l’AHH, n° 56, 2014.

  N° AHH Décès
ALLARD (Georges), capitaine de frégate (er), O.LH 85 1985
ALLARD (Nelzir), général (er), C.LH 95 1989
ALLART (Henri), capitaine, LH 355  
AMSON (Claude), O.LH 531 2005
AMSON (Daniel), O.LH 188 2015
ANDRIEUX (Docteur Georges), médecin-colonel (h), LH, O.ONM 386 1995
ARBONNEAU (Christian d’), général (2 s), maire de Souilly, O.LH 549 1999
ARBONNEAU (Jacques d’), trésorier-payeur général (er), O.LH, C.ONM, croix de guerre 1939-1945 336  
ARBONNEAU (Mme Jacques d’) 387  
ARVENGAS (Serge), O.LH, C.AL, médaille de la France libre, Fondation Charles-de-Gaulle 438 2013
AUBE (Paul), journaliste (er), O.LH 242 1991
AUBERT (Denis), colonel de l’armée de l’air (er), ingénieur commercial, LH 513 2012
AUBERT (Émile), ingénieur des arts et manufactures, LH, croix de guerre des TOE 155 1996
AUDEMARD d’ALENCON (Éric), colonel, O.LH, croix de guerre des TOE 236 2001
AUGARDE (Jacques), ancien ministre, ancien sénateur, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, O.LH 335 2006
AULAGNIER (Ambroise), O.LH 375  
BAPST (Hubert), capitaine A.B.C. (h), conseiller en communication (er), LH, CVM 483 2013
BARBIÉ (Pierre) 243 2003
BARBIÉ de PRÉAUDEAU (Philippe), contrôleur général des haras (e.r), LH, ONM, Mérite agricole 133 2008
BARBIÉ de PRÉAUDEAU (Régis) 130  
BAROIS (Michel), O.LH 564 2003
BARRILLON (François), général de corps d’armée (2s), G.O.LH, G.O.ONM, croix de guerre 1939-1945 et des TOE 560 2011
BARTH (Xavier) 112  
BASSAC (Robert), général (2s), IHEDN, O.LH, C.ONM, CVM 214 2011
BATAILLON-DEBÈS (Yves), directeur financier 717  
BAUDART (Albert), président de société 338  
BAUDOT (Bernard), général, O.LH, O.ONM 267 1997
BAULIER (Marcel), officier d’active, puis cadre supérieur des travaux publics (er), président de chambre (h) au tribunal de commerce de Paris, O.LH, O.ONM, croix de guerre 1939-1945 558 2009
BEAUMONT (Jean, comte de), O.LH 80 2002
BEGUIN-BILLECOCQ (Claude), LH, O.ONM, croix de guerre des TOE 302 2001
BEGUIN-BILLECOCQ (Xavier) 303  
BELENET (Michel de) 376 2010
BELIN (Jean), LH 35  
BELLEFON (Comte Philippe MERIC de), vice-président de l’A.H.H. 41 1991
BELLEFON (Comtesse Philippe MERIC de, née Édith HAVARD-DUCLOS) 81 1978
BENÂTRE (Eugène), colonel (h), O.LH, O.ONM, croix de guerre des TOE 270 2004
BENOÎT de NYVENHEIM (Guy), commandant de l’armée de l’air (er), O.LH, médaille militaire, croix de guerre 1939-1945 et des TOE, CVM 501 2009
BERGE (Christian, baron), colonel (er), LH, ONM 262 1992
BERGE (Maurice, baron), colonel (er), O.LH 56 1986
BERTAUX (Jacques), LH 603 2007
BÉSINEAU (Michel), O LH, croix de guerre des TOE, CVM 512  
BÉSINEAU (Pierre), capitaine de corvette (er), LH 520 2004
BESNIER (Serge), lieutenant-colonel de l’armée de l’air (er), LH    
BESSE (Jean-René), LH, O.ONM 514 2008
BILLECOCQ (André), architecte DPLG, LH 251 1992
BLUMENTHAL (Jacques), O.LH, O.ONM, médaille de la Résistance 410 2007
BOISOT (Marcel), physicien, maître de conférences à Polytechnique, O.LH 460  
BOISSOUDY (Henry BAUCHERON de), ingénieur en chef de l’agriculture outre-mer (er), O.LH, C.ONM   1996
BONDET de la BERNARDIE (Paul), colonel, O.LH 141 1988
BOURDEAU (Jean-Marc), commissaire-colonel de l’armée de l’air, LH, ONM, croix de guerre des TOE 477  
BOYSSON (Jean-Pierre de), président (h) du tribunal de commerce de Poitiers, LH 516 2006
BREANT (Jacques), colonel (er), O.LH 235 1989
BREGUET (François), colonel (h), O.LH 11 1989
BREM (Olivier de), décorateur maître d’œuvre en bâtiment 244  
BRISSAC (Pierre de COSSÉ, duc de), directeur de société, O.LH 51 1993
BRITSCH (Hubert), lieutenant-colonel, LH, ONM 100  
BRITSCH (Jacques), colonel (er), président d’honneur de l’A.H.H., O.LH 17 2000
BRUN (Gustave), industriel (er), président (h) de la chambre de commerce et d’industrie de Tulle-Ussel, LH 579  
BRUZEAU (Jean-Michel), lieutenant-colonel de cavalerie (er), LH, O.ONM, croix de guerre 1939-1945 et des TOE, CVM 226 2009
BUDAN de RUSSÉ (Pierre, baron), capitaine, O.LH, médaille militaire, croix de guerre des TOE 57 1999
BUTTIN (André), médecin (er), LH 304 1990
BUTTIN (Jean), colonel (er), O.LH 281 1990
CAHART (Didier), colonel (er), O.LH, croix de guerre des TOE 206 1995
CAMPAGNAC (Mme Henri) 224  
CAMUS (Claude Roger), lieutenant, mort au champ d’honneur, LH   1944
CAMUS (Ernest Pierre), capitaine, mort au champ d’honneur, LH   1953
CAREIL (Serge), chef d’escadron, O.LH 97 1979
CARLI (Emmanuel), commissaire général de la marine (cr), LH, O.ONM 625 2010
CARLI (Philippe), médecin en chef du service de santé des armées, LH 646  
CARON (Alfred) 525 2006
CASTILLON (Georges), directeur honoraire des impôts, LH, O.ONM 106 1997
CAYATTE (Bertrand), colonel (er), LH 451  
CHABANNES-CURTON-LA PALICE (Vicomte Frédéric de) 111 1985
CHAILLEY (Pierre-Jean), conseiller du commerce extérieur, O.LH, C.ONM, CVM 271  
CHAPPEDELAINE (Hubert de) 105  
CHAPPEDELAINE (Bernard, comte de) 132  
CHARDINY (Jacques), lieutenant-colonel (h), O.LH, croix de guerre des TOE 357 2010
CHARPY (René), ingénieur général du génie rural, des eaux et des forêts, O.LH 62 1986
CHARTON (Bernard) 377  
CHATEAUMINOIS (Pierre) 106 1987
CHAXEL (Raoul du), ingénieur général de la météorologie (er) 199 2014
CHEVALIER de LAUZIÈRES (Yves), général C. (2s), LH, croix de guerre des TOE 186 2003
CHEVREAU (Henri), général (2 s), O.LH 159  
CHEVREUL (Mme Raoul) 461 2012
CLAVEL (Jean-Claude), LH 305 2015
CLERCQ (Comte Thibault de), assureur AXA 617  
CLERMONT-TONNERRE (Charles-Henry, duc de), colonel d’infanterie, O.LH 110 1999
CLOUËT des PESRUCHES (Jean-Louis), général de brigade A.B.C. (2s), O.LH, O.ONM, CVM 443 2012
COLLET (François), sénateur, O.LH 391 1994
COLONNA de GIOVELLINA (Hugues) 63 2006
COMPAGNON (Jean), général de corps d’armée (2s), homme de lettres, président d’honneur de l’A.H.H., G.O.LH, G.C.ONM, croix de guerre 1939-1945 et des TOE, CVM, Palmes académiques, O.Mérite agricole 183 2010
COUREAUD (Bernard), colonel de l’armée de l’air (er), O.LH, O.ONM 469  
COUREAUD (Jean-Pierre), colonel (h), O.LH 616 2004
COZE (Serge), médecin, LH 432 2002
CROISSANDEAU (Georges), lieutenant-colonel (er), O.LH 177 1993
DAGORN (Jean-Pierre), médecin-chef, LH, O.ONM 348 2008
DAUBIAN-DELISLE (Edmond), capitaine de frégate, O.LH 392 1994
DAUTHEVILLE-GUIBAL (Jean), pasteur, LH 153  
DEHOLLAIN (Jacques), général, O.LH, croix de guerre 1939-1945, CVM 742 2008
DELAHOUSSE (Docteur Jacques), médecin en chef (h), professeur agrégé S.S. (er) 681 2011
DEMOTES-MAINARD (Henri), général de corps d’armée (2 s), LH 264  
DENAIFFE (Henri-Louis), ingénieur agricole, LH, médaille militaire, croix de guerre des TOE 252 2002
DENAIFFE (Mme Henri-Louis, née Monique MESNARD) 309 2011
DENIAU (Henri), ingénieur général des mines (er), colonel de réserve (h), LH 482 2011
DESTREMAU (Bernard), membre de l’Institut, ambassadeur, ancien ministre, O.LH 349 2002
DESTREMAU (Maxime), capitaine de frégate (er), conservateur des monuments historiques (h), O.LH, O.ONM 178 2002
DESDOUIT (Père Michel) 124 2004
DICKSON (Georges), contrôleur d’État (h), président (h) de l’Association France-Écosse, LH, O.ONM, OBE 102 2010
DICKSON (Jean), médecin général (cr), LH, O.ONM 82 1992
DIEUDONNÉ (Robert), LH 757 2012
DOUMIC (Robert), chef de bataillon, O.LH, croix de guerre 1939-1945 et des TOE, CVM 626 2008
DROUIN (Bernard), général de division (2s), O.LH 412 2000
DUBAIL (René), docteur en droit, ancien administrateur de l’AHH, O.LH, ONM, croix de guerre des TOE, O.Palmes académiques 169 2004
DUBALEN (Pierre), colonel des troupes de marine (h), LH, croix de guerre des TOE 290 2003
DUBALEN (Mme Pierre, née Andrée LONDRES) 369  
DUBERN de La FONTENELLE (Mme Michel, née Yvonne BIGOT d’ENGENTE) 15 2004
DUCRET (Jacques), universitaire 433  
DUCRET (Michel), chef de bataillon (h), cadre supérieur (er), LH 171  
DUCRET (Mme Michel, née Dominique Rivière) 189  
DUCRET (Patrick), professeur 211  
DUFOUR (Bernard), colonel, O.LH 458  
DUQUESNE (Jean) 370  
DUROSOY (Yves), lieutenant-colonel (h), O.LH, médaille militaire, croix de guerre des TOE, CVM 543  
DUVAL (Bruno) 393  
ENOCH (Jacques), éditeur de musique, LH 231 1990
FADDA (Denis), professeur d’université, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, LH, O.ONM 712  
FAGALDE (Charles), lieutenant-colonel d’infanterie de marine (er), LH, croix de guerre 1939-1945 210  
FAURE (Jean), lieutenant-colonel (h), O.LH, croix de guerre des TOE 20 1995
FAVERIS (Jean), contrôleur général des armées (cr), G.O.LH, G.C. croix de guerre 1939-1945 413 2007
FÉVRIER (Paul-Hubert), médecin lieutenant-colonel, écrivain, LH 181 1990
FILATRIAU (Jehan), commandant 42 1988
FLEURIOT de LANGLE (Vicomtesse, née Lydwine Van DEINSE) 94  
FLERS LH, O.ONM, (Philippe de la Motte-Ango, marquis de) 703 2012
FLORENTIN (Georges), secrétaire général de société (er), commandeur du Saint-Sépulcre 254 1993
FLOUR (Bernard), général, O.LH, C.ONM, CVM 639 2008
FLURY-HERARD (Cyril) 83 1988
FOCKEDEY (Éric) 299 2009
FORTOUL (Mathieu), lieutenant-colonel (er), O.LH 22 1969
FOULON (Guy), adjudant (er), LH, médaille militaire, CVM 731 2011
FOURMENTIN (Jacques) 668 2011
FRANÇOIS (Georges), professeur agrégé honoraire, LH, ONM, croix de guerre 1939-1945, Palmes académiques 504 2009
FRAYSSEIX (Hugues, marquis BONNIN de), inspecteur général de l’équipement (h), vice-président de l’A.H.H., O.LH, C.ONM 77 1996
GABORY (Michel Le TAILLANDIER de), conservateur du Musée de la 2e DB, quartier Gramont, Saint-Germain-en-Laye, LH, ONM, croix de guerre 1939-1945, médaille militaire 506 2014
GAMBERT de LOCHE (Paul), lieutenant-colonel de l’armée de l’air (e.r), O.LH, croix de guerre 1939-1945 177 1992
GARDEUR (Roland), colonel (h), ancien conseiller à la direction de l’I.H.E.D.N., O.LH, C.ONM 489 2012
GARS (Martin) 146 D  
GAUDART (Jean), professeur de droit 118 1990
GAYARD (Yves), journaliste honoraire à l’AFP, lieutenant au 3e régiment de parachutistes SAS, O.LH, croix de guerre 1939-1945, croix de guerre hollandaise 266 1998
GENET (Xavier), médecin en chef des troupes de marine, LH 245 1985
GENTIL (Pierre), ancien administrateur de la France d’outre-mer, membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, colonel d’infanterie de marine (h), O.LH, C.ONM, croix de guerre 1939-1945 240 2002
GICQUEL des TOUCHES (Alain, marquis), chef d’escadron (er), O.LH 49 1973
GOERGER (Jean-Pierre) 600  
GOINARD (Pierre), professeur de chirurgie, LH 144 1991
GOISLARD de la DROITIÈRE (Baron Guy), O.LH, croix de guerre 1939-1945 291 2007
GOLLETY (Georges), LH, croix de guerre 1939-1945, Médal of Freedom (Etats-Unis) 261 1995
GOUGEON (Anne) 371 2013
GOULARD CODERC de LACAM (Alain, baron), consultant, chevalier de Malte 638  
GOULARD CODERC de LACAM (Baron Jean) 650  
GOUPIL (Bernard), général de division (2 s), G.O.LH, G.O.ONM 546 2013
GOYBET (Adrien), chef de bataillon, LH, croix de guerre 1939-1945 311 1998
GRAMONT (Antoine, duc de), LH 55 1995
GRAND-CLEMENT (René), lieutenant-colonel, O.LH 396 1993
GRAS (Étienne), général (2s), O.LH, O.ONM, CVM 192 2012
GRAVEREAUX (Albert), colonel (h), LH, C.ONM, croix de guerre 1939-1945 74  
GRAVEREAUX (Mlle Marie-Christine) 137  
GROUVEL (Vicomte François), colonel (h), LH, CVM, Mérite agricole 138 2010
GUILHAMAT (Mme Maurice, née Emma JAMOT) 319 1990
GUIBAUD (Olaf), commissaire principal de marine (h), LH 65 1978
GUICHEN (Comte Patrick du BOUËXIC de), LH 645  
GURI (Fernand), architecte des bâtiments de France (er), LH 259 1997
HAVARD-DUCLOS (Bernard), lieutenant-colonel (cr), LH 53 1974
HAVARD-DUCLOS (François), LH 144 1974
HÉLIE (François, baron) 66 1979
HÉLIE (baronne, née Simone TRÉMANT) 212 2001
HEUGEL (Jacques), éditeur de musique, LH   1979
HOPMAN (Mme Henry, née Marie-Pierre PERTUS) 530  
HUSSON (l'ambassadeur Philippe), président d'honneur de l'AHH, C.LH, C.ONM, grand-croix du Saint-Sépulcre 474 2016
HUSSON (Docteur Yves), chirurgien des hôpitaux des armées, médecin en chef du service de santé des armées, LH, ONM 532 2014
JALENQUES (Roger), conseiller général (h), ancien maire de Maurs, O.LH, ONM 422 2009
JAMIN (Louis-Xavier), commissaire général de la marine (2s), O.LH, médaille militaire, C.ONM, croix de guerre 1939-1945 273  
JANSSEN (Guy), capitaine de corvette (h), LH 398 1999
JOURDAN de la PASSARDIÈRE (Olivier, vicomte), LH 399 1990
JOBERT (Marcel), ingénieur civil de l’aéronautique, officier (h) de l’air, LH, croix de guerre 1939-1945 321 1998
JOBERT (Mme Marcel, née Simone BLANCHARD), infirmière-pilote-secouriste de l’air de la Croix-Rouge 317 1993
KEIME-ROBERT-HOUDAIN (André), commissaire lieutenant-colonel de l’armée de terre (h), avoué (h) près la cour d’appel, LH, ONM 379 2007
KREITMANN (Pierre), colonel (er), ingénieur polytechnicien, LH 470 2003
LA VILLE-BAUGÉ (Comte Jacques de), O.LH, croix de guerre des TOE 294 2005
LABROSSE (Claude), colonel (er), O.LH, C.ONM 216 1994
LACARRIÈRE (Jean-Louis), colonel (er), O.LH 440 2005
LAFFAILLE (Ernest), capitaine de vaisseau (er), O.LH 12 1971
LAFFAILLE (Gildas), capitaine (er), LH 32 1985
LAFFAILLE (Hervé), colonel (er), O.LH 25 1969
LAFFAILLE (Roland), général, O.LH 26 1974
LAFFAILLE (Xavier), directeur commercial 120 1988
LAFFAILLE (Erick) 40 2006
LAIRE (Antoine de), industriel   1995
LAMBERT (Pierre), commissaire général 479 2012
LAMY (Emmanuel), inspecteur des finances (h), président (h) du Crédit du Nord, O.LH 551 2008
LANCELIN (Jean), O.LH   1994
LANDEAU (André) 143 D  
LAPADU-HARGUES (Antoine), LH 541 2016
LAPORTE (Louis de), président-directeur général, LH 480 1995
LAPOUGE (Jean), lieutenant-colonel, O.LH 427 2007
LAVELAINE de MAUBEUGE d’ALDSCHEIDT, artiste peintre, chevalier de l’ordre du Sauveur de Grèce 293 1999
LEBON (Albert), O.LH 104 1988
LE COEUR (Claude), architecte DPLG (er), LH 193 1999
LECLERC (Gérard), ancien capitaine de la 2e DB, ancien membre de la direction de la banque Neuflize-Schlumberger-Mallet, LH, croix de guerre des TOE 201 1997
LÉGER (Alexis), magistrat (h), LH, Palmes académiques 554 2014
LEGRAND (Pierre), colonel, O.LH 401 2014
LEGROS (Claude), président du groupe des professions libérales au Conseil économique et social, O.LH, O.ONM 486 2009
LE MAGNEN (Pierre), ingénieur en chef de l’agriculture d’outre-mer 123 1992
LE MASSON (Louis), colonel (er), O.LH 380 1993
LE NÔTRE (André), colonel (er), cadre supérieur, LH 653 2009
LEON-DUFOUR (Christian), colonel, LH 39 1983
LEPEL-COINTET (Gilbert, comte), maire de Jupilles, LH, ONM, chevalier de Malte 331 2002
LEROY-BEAULIEU (Michel), ancien ambassadeur, LH, croix de guerre 1939-1945 160 1985
LEROY-BEAULIEU (Jean) 163 1989
LEROY-BEAULIEU (Paul), inspecteur général des finances, O.LH 537 1999
LEROY-BEAULIEU (Pierre), ancien député de l’Hérault, ancien maire d’Agde, O.LH, G.O.ONM, O.Palmes académiques, O.Mérite agricole 150 2006
LEROY-BEAULIEU (Louis-Axel), conseiller immobilier, O.LH, G.O.ONM 182 2009
LESNE (Louis), lieutenant-colonel (h), O.LH 200 1982
LESQUEN du PLESSIS-CASSO (vicomte Yves de), LH 439 2015
LHERMITTE (François), professeur de neurologie et de neuropsychiatrie, membre de l’Institut, O.LH, croix de guerre 1939-1945 68 1998
LOTTE (Robert), colonel, O.LH 340 1990
LYAUTEY (Pierre), chef d’escadron (h), O.LH 69 1976
MAC-MAHON, duc de MAGENTA (Philippe, marquis de) 73 2002
MALACAMP (Jean), capitaine de corvette (h), capitaine au long cours, inspecteur de la navigation, LH 352 1994
MALARTRE (François, comte), LH, croix de guerre des TOE 325 1999
MALGLAIVE (Roland de), commandant (h) de l’armée de l’air   1991
MARCHAL (Maurice), ingénieur en chef des ponts et chaussées (h), O.LH 151 1997
MARCHAL (Jacques), O.LH 505 2001
MARGERIE (Roland de), ambassadeur de France, conseiller d’État (h), O.LH, chevalier grand-croix de l’Ordre de Malte 10 1990
MARION (Marcel), général des troupes de marine (2S), administrateur de l’AHH, O.LH, G.O.ONM, chevalier de l’O. N. du Vietnam 288 2009
MARTEAU (Gérard), ingénieur (er) 230 1999
MARTIN (Léon), capitaine de vaisseau (er), O.LH, C.ONM 295 2010
MASNOU (Louis), LH 50 1983
MASSON-REGNAULT (Jacques), colonel (h), O.LH 435 2002
MATHAREL (Renaud, marquis de), O.LH, croix de guerre des TOE 260 1996
MATHAREL (Melchior, marquis de) 574 2013
MERCIER (Jean-Marie),, capitaine (er) LH 173 1979
MERVEILLEUX du VIGNAUX (François), conseiller d’État (h), O.LH 331 1982
MESNARD (René), général, O.LH 179 1984
MESNIL (Maurice du), ingénieur général, C.LH 596 2014
MEYKIECHEL (Jean), colonel (er), O.LH, O.ONM 428  
MICHELON (Roger), colonel de l’armée de l’air (h), O.LH, Distinguished Flying Cross 326 2012
MILLET (Paul), général de brigade (2s), O.LH 507 2010
MIRABAUD (François), LH 314 2002
MONTANDON de La BRÉVINE (Olivier), LH, croix de guerre des TOE 448 2003
MONTZEY (Guy de) 38 1981
MONTZEY (Hubert de) 247 1997
MONTZEY (Paul de), LH 48 1976
MORAND (Jean-Louis, comte), LH 677 2015
NOBECOURT (Edmond), capitaine de réserve, ancien président des Œuvres nouvelles des crèches parisiennes, LH 572 2000
NOGUES (Marie) 277 1994
NOGUES (Mme Henri, née Marie-Louise née Brunet) 301 2007
ODDO (Bernard), LH 675 2008
PEILLARD (Abel), chef de bataillon (er), LH 114 1982
PENFENTENYO de KERVEREGUEN (Christophe de), vice-président de groupe cimentier, LH, croix de guerre des TOE 331 1991
PERCIN (Bernard GUETTIER, marquis de), administrateur de société 184 2011
PERIER (Marcel), général (2s), LH, G.O.ONM 468 2011
PERRIN (André), colonel, O.LH, ONM, croix de guerre des TOE, C.V.M 416 2003
PÉRUSSEL (Robert), LH, O.ONM 634 2009
PESME (Gérard, baron de SAINT-GENIÈS), homme de lettres, membre fondateur, président d’honneur de l’A.H.H. 2 1987
PEUCHOT (Docteur Georges), médecin, LH 464 2010
PICARD d’ESTELAN (Henry), capitaine (er), LH, croix de guerre des TOE 502 2003
PICHERAL (Mme François, née Françoise ROBILLOT) 382 2009
PIERRET (François), administrateur en chef de la France d’outre-mer 300 1987
PIOT (Jacques), président honoraire du tribunal de commerce de Paris, doyen des membres de la Compagnie des porteurs de la châsse de sainte Geneviève, O.LH, croix de guerre 1939-1945 674 2007
POCARD du COSQUER de KERVILER (Mme René, née Marie-Madeleine IMBAUD) 187 1979
POUPARD (Georges), colonel (er), LH 442 1999
PRÉMESNIL (Charles REGNAULT de), lieutenant-colonel (h), O.LH, croix de guerre 1939-1945 185 2002
PUTINIER (Jacques), O.LH 215 2005
QUATREFAGES (Yves), capitaine de vaisseau (er), C.LH 71 1984
QUINIO (Louis), président d’honneur de l’I.H.E.D.N., LH, O.ONM 478  
RENDINGER (Christian, baron de), colonel (h), adjoint (h) au maire de Strasbourg, président d’honneur de l’A.H.H., O.LH, O.ONM, croix de guerre des TOE 23 1994
RENDINGER (François, baron de), directeur général de société 31 2001
RENDINGER (Baronne de, née Anne MARIN-GALLÉ) 119 2010
RICQUIER (Frédéric), O.LH, médaille militaire, croix de guerre 1939-1945 229 2009
RIVIÈRE (Raymond), chef de bataillon (er), LH 162 1988
RIVIÈRE (Mme Raymond, née Odette AUGÉ) 167 2012
ROCA (Georges), colonel (er), O.LH 136 1974
ROLLAND (Jean), chef d’escadron, LH, O.ONM, croix de guerre des TOE 323 1996
ROULLEAUX-DUGAGE (Jacques, baron), avocat à la Cour, maire de Rouellé, député (h), conseiller général (h) de l’Orne, LH, O.ONM, croix de guerre des TOE 332 1993
ROUSSEAU (Pierre), administrateur en chef de la France d’outre-mer 37 1978
ROUSSEAU (Mme Jacques, née Monique de REMOND du CHELAS) 257 1993
ROUSSEAU (Jacques), directeur à la Banque de France (h), LH, ONM 7 2000
ROUSSEAU (Jean), lieutenant-colonel (er), O.LH, CVM, officier du Ouissam alaouite 3 2005
ROUSSELLE (Claude), chef d’escadron (h) d’artillerie, LH, O.ONM, croix de guerre 1939-1945, médaille de la Résistance 449 2009
ROZE des ORDONS (Fred), colonel (h), O.LH, CVM 341 2003
RUSSÉ (Pierre BUDAN de), O.LH, médaille militaire, croix de guerre des TOE 57 2002
SAILLARD (Jacques), LH 500 1996
SCHULER (Jean), commissaire de la République (h), avocat, O.LH 198 1985
SCHLUMBERGER (Docteur Jean), médecin général (2S), expert judiciaire (h), O.LH, croix de guerre 1939-1945, chevalier de Saint-Jean 279 2010
SCHLUMBERGER (Docteur Jean-François), chevalier de Malte 758 2013
SCHWERER (René), LH, croix de guerre des TOE, chevalier du Saint-Sépulcre 180 1997
SÉVÈNE (Comtesse Anne-Marie), LH 54 1975
SEVENET (Pierre), LH 280 1988
SOUDAN (Pierre), proviseur (h), LH 239 1986
SIMONOT (Olivier), chef de bataillon, G.O.LH 384 2007
STERNE de CHAMBOURG (Pierre), commissaire-colonel de l’armée de terre (h), directeur d’établissement financier (h), ancien trésorier de l’AHH, LH 218 2002
TABUTEAU-DUBOURDIEU (Baron Philippe) 263 2006
TALBOUTIER (Paul), ingénieur général de 1re classe de l’armement, O.LH, C.ONM 130 2010
THOMAZI (Jacques), médecin, LH   1999
THOREL (Alain), O.LH, croix de guerre des TOE 429 2002
TOURRET (Michel), colonel (er), O.LH, croix de guerre des TOE 72 1993
TOURRET (Hubert), lieutenant-colonel (h), O.LH, croix de guerre des TOE, CVM 476 2009
TOUSSAINT (Claude), ingénieur général (h) du génie rural, des eaux et des forêts 495 2002
THOUX (Max), général, O.LH 158 1999
TRANIE (Jean), colonel (h), écrivain et historien de la Révolution et de l’Empire, O.LH 444 2002
TRAUB (Jean), LH 615 2015
TRENTINIAN (Edgar, comte de) 126 1991
VAILLANT (Albéric), général d’armée (2s), président d’honneur de La Flamme, G.O.LH, croix de guerre 1939-1945, croix de guerre des TOE, CVM, médaille des évadés 343 2011
VARREUX (René, comte TRUTIÉ de), avocat (h), CVM 129  
VAUCRESSON (Robert TRUTIÉ de), LH, ONM, croix de guerre des TOE   1992
VAULX de FOLETIER (François, vicomte JOURDA de), homme de lettres, directeur (h) des archives de la Seine et de la ville de Paris, O.LH   1988
VERMOT (Jean), docteur en droit, agent général de Compagnie maritime (er), LH 107 1979
VIGNON (René), administrateur de sociétés, O.ONM 52 1998
VIGNON (Mme René, née Solange LHERMITTE) 125 2013
VILLARD (Christian), capitaine de frégate (h), ancien directeur de sociétés, LH 559 1999
VILLEMAIN (Jean), inspecteur général (h) d’EDF, O.LH, C.ONM 237 2003
VILLETARD de LAGUÉRIE (Comte Georges), administrateur de l’Union départementale des associations familiales de Paris 109 2011
VINEY (Raymond), inspecteur général des eaux et forêts (er), ancien directeur de l’École nationale des eaux et forêts, O.LH, croix de guerre des TOE 172 2009
VULPIAN (Paul, comte de), médecin, administrateur honoraire de l’AHH 14 1992
VILLEPIN (Gaëtan GALOUZEAU de), chef d’escadrons, O.LH, C.ONM 362 2006
WOIGNIER (Maurice), lieutenant-colonel, LH 298 2008

La Légion d’honneur a toujours été conçue comme la récompense de mérites individuels. La décoration de personnes morales à côté des personnes physiques ne fut prévue par aucun des statuts de l’Ordre : ni la loi du 29 floréal an X, ni l’ordonnance du 26 mars 1816, ni le décret du 16 mars 1852, ni le Code de la Légion d’honneur et de la médaille militaire en vigueur depuis 1962. Pourtant, rien de moins que 69 villes, une cinquantaine d’unités militaires, autant d’écoles et quelques autres collectivités arborent la Légion d’honneur. À sa suite, les croix de guerre et l’ordre de la Libération furent aussi décernés à des personnes morales, qui en resteront un jour les seuls titulaires.

Une concession de nature héraldique

Cette pratique fut créée par le fondateur de la Légion d’honneur lui-même, dès le 22 mai 1815, mais à titre seulement héraldique :

Voulant donner une preuve particulière de notre satisfaction aux communes de Chalon-sur-Saône, Tournus et Saint-Jean-de-Losne pour la conduite qu’elles ont tenue pendant la campagne de 1814,

Nous avons décrété et décrétons ce qui suit :

Article 1er. — L’aigle de la Légion d’honneur fera partie des armes de ces villes.

Article 2. — Nos ministres de la Guerre, de l’Intérieur, et notre grand chancelier de la Légion d’honneur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret.

Napoléon.

Encore fallait-il régler les armoiries en question par des lettres patentes. Or, le décret du 17 mai 1809 sur les armoiries des villes, des corps constitués, des associations corporatives et des sociétés civiles classait les villes en trois ordres, assimilés à des titres héréditaires, avec des signes distinctifs :

-          pour les 38 villes de premier ordre ou « bonnes villes », assimilées au rang de duc, un chef de gueules (caractéristique des ducs) chargé de trois abeilles d’or ;

-          pour les villes de deuxième ordre, assimilées au rang de comte, un franc-quartier d’azur (caractéristique des comtes) à un N surmonté d’une étoile rayonnante, le tout d’or ;

-          pour les villes de troisième ordre, assimilées au rang de baron, un franc-quartier à senestre de gueules (caractéristique des barons) à un N surmonté d’une étoile rayonnante, le tout d’or.

Le décret de 1815 créait de fait une quatrième classe, mais la seconde abdication de l’Empereur ne permit pas de définir son signe distinctif, et la Restauration récusa toutes les nominations des Cent Jours. Les armoiries des trois communes bourguignonnes composant cette nouvelle classe ne furent donc réglées que bien plus tard. Mais elles le furent plus ou moins par assimilation au rang de chevalier, avec comme signe distinctif une croix de la Légion d’honneur, posée en pointe, chargeant une champagne de gueules dans le blason de Chalon-sur-Saône (ordonnance du 6 septembre 1831 ; ci-contre), une champagne d’azur dans celui de Saint-Jean-de-Losne (ordonnance du 1er octobre 1831) et le champ de gueules dans celui de Tournus (décret du 10 août 1861).

Invoquant alors une promesse que lui aurait faite Napoléon Ier en raison de cette même campagne de 1814, « la ville de Roanne [fut] autorisée à ajouter à ses armes la croix de la Légion d’honneur » par décret du 7 mai 1864. Celui-ci entérinait ainsi définitivement l’interprétation de la monarchie de Juillet la conduisant à employer en héraldique la croix (et non « l’étoile ») de la Légion d’honneur, posée en l’espèce en chef d’un champ d’azur, alors que « l’aigle de la Légion d’honneur » du décret de 1815 aurait pu viser plutôt la plaque de grand officier.

Alors que tous les autres décrets parlent des armoiries en général, seul celui du 3 octobre 1877 précisa que la croix devait être intégrée au blason lui-même en disposant, cette fois au titre de la guerre franco-allemande de 1870, que « la ville de Châteaudun est autorisée à faire figurer, dans ses armoiries, la croix de la Légion d’honneur, qui sera posée en chef de l’écu » (ci-contre), au risque d’une confusion avec le chef des villes de premier ordre de l’Empire. D’autres décrets reprirent la même formulation, sauf la position, pour Belfort et Rambervillers (19 avril 1896), Saint-Quentin (6 juin 1897), Dijon (18 mai 1899), Landrecies (29 septembre 1900), Paris, Lille, Valenciennes et Bazeilles (9 octobre 1900), Saint-Dizier (16 septembre 1905, la croix chargeant un franc-canton), et Péronne (3 octobre 1913).

Comme pour souligner l’objet seulement héraldique de ces décrets, le garde des Sceaux adressa le 12 février 1901 aux maires des villes ainsi décorées une circulaire selon laquelle « une conception ou un règlement d’armoiries ne peut être accordé à une ville que par un acte du pouvoir exécutif, c’est-à-dire, en l’état des lois constitutionnelles, par un décret du président de la République. »

De même, parmi les villes titulaires de la croix de guerre (créée en 1915), Belfort et Saint-Dizier se virent attribuer par décrets de 1922 des blasons intégrant cette nouvelle croix au sein même de l’écu.

Une imitation de l’appartenance à l’Ordre

Toutefois, les plus importants bénéficiaires de ces concessions, aux blasons anciens, connus et estimés, répugnaient à les modifier pour y ajouter la croix de la Légion d’honneur à l’intérieur de l’écu. Ils recoururent plutôt à la modalité que l’héraldique avait codifiée pour les membres d’ordres de chevalerie : la suspension de l’insigne derrière l’écu par un ruban vertical. Un décret de 1924 précise ainsi que Paris peut suspendre sa croix de guerre à senestre de sa Légion d’honneur.

Ainsi fut créée ou confirmée — cela resterait à éclaircir — une confusion entre ces concessions héraldiques et de véritables appartenances à l’Ordre. Cette confusion fut encore aggravée après la Première Guerre mondiale par l’emploi d’un cérémonial similaire à celui de la réception dans la Légion d’honneur à titre posthume, avec épinglage des insignes de chevalier sur un coussin.

Après les 4 concessions de Légion d’honneur au titre de la campagne de France de 1814 et les 12 au titre de la guerre franco-allemande de 1870, ces nouvelles modalités concernèrent :

-          26 villes au titre de la Première Guerre mondiale : Liège (7 août 1914), Verdun (12 septembre 1916), Bitche (14 juin 1919), Reims (4 juillet 1919), Dunkerque (9 août 1919), Phalsbourg et Strasbourg (14 août 1919), Arras et Lens (30 août 1919), Cambrai et Douai (13 septembre 1919), Longwy (20 septembre 1919), Bapaume (10 octobre 1919), Nancy (11 octobre 1919), Metz (27 octobre 1919), Béthune (5 décembre 1919), Soissons et Thionville (15 janvier 1920), Noyon (10 juillet 1920), Château-Thierry (17 juillet 1920), Belgrade (28 décembre 1920), Montdidier (22 septembre 1924), Nomeny (28 septembre 1928), Badonviller (20 avril 1929), Gerbéviller (23 juillet 1930), Audun-le-Roman, Longuyon et Pont-à-Mousson (21 août 1930), et Albert (15 avril 1932) ;

Citation de la ville de Liège à l’ordre de la Légion d’honneur
7 août 1914

Au moment où l’Allemagne, violant délibérément la neutralité de la Belgique, reconnue par les traités, n’a pas hésité à envahir le territoire belge, la ville de Liège, appelée, la première, à subir le contact des troupes allemandes, vient de réussir, dans une lutte aussi inégale qu’héroïque, à tenir en échec l’armée de l’envahisseur.

Ce splendide fait d’armes constitue, pour la Belgique et pour la ville de Liège en particulier, un titre impérissable de gloire dont il convient que le gouvernement de la République perpétue le souvenir mémorable en conférant à la ville de Liège la croix de la Légion d’honneur.

-          24 villes au titre de la Seconde Guerre mondiale : Boulogne-sur-Mer et Calais (10 juillet 1947), Brest (9 février 1948), Abbeville, Amiens, Caen et Saint-Lô (2 juin 1948), Saint-Malo (8 juillet 1948), Falaise (21 août 1948), Évreux (27 août 1948), Argentan, Ascq, Étobon, Le Havre, Lorient, Lyon, Oradour-sur-Glane, Rouen, Saint-Dié-des-Vosges et Saint-Nazaire (28 février 1949), Luxembourg (18 juin 1957), Beauvais (23 novembre 1957), Stalingrad devenue Volgograd (20 décembre 1984), et Alger (15 août 2004).

D’autres collectivités militaires et civiles

Parallèlement, le 4 juin 1859 à la bataille de Magenta, Napoléon III avait décidé que les régiments ayant pris un drapeau à l’ennemi pourraient être autorisés à porter la Légion d’honneur en cravate de leur propre drapeau, et il l’accorda au 2e zouaves pour la prise du drapeau du IXe régiment d’infanterie autrichien. Ce critère bénéficia à 10 autres unités, jusqu’au 2e tirailleurs algériens, le 24 mars 1902 au titre de la bataille de San-Lorenzo de 1863.

Il fut ensuite élargi à la notion « d’exploits éclatants », qui bénéficia encore à 3 régiments de 1906 à 1913 et à 18 au titre de la Première Guerre mondiale, puis aux 3 régiments de la garde républicaine (1928), au train des équipages (1930), à la gendarmerie départementale (1930) et à 6 unités de pompiers. Au titre de la Seconde Guerre mondiale, la Légion d’honneur fut ainsi accordée à 5 régiments, à 3 escadrons de l’armée de l’air, au sous-marin Narval,et à des institutions et collectivités civiles : la préfecture de police de Paris (1944), la Croix-Rouge française (1946), le réseau Résistance P.T.T. (1946), l’abbaye de Notre-Dame-des-Dombes (1948) et la S.N.C.F. (1949).

Quarante-cinq écoles furent enfin décorées : 24 militaires (l’École polytechnique, l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, l’École navale, le Prytanée national militaire, l’Académie militaire de West-Point, l’École des élèves officiers marocains de Dar-el-Beida, etc.) et 21 civiles (l’École normale supérieure, l’université de Nancy, l’École nationale supérieure des mines de Paris, l’École nationale supérieure des beaux-arts, l’École nationale des chartes, etc.).

Une mention spéciale doit être faite de l’École des chartes. Le rapport au président de la République en vue de son décret du 28 mai 1935 lui attribuant la croix de la Légion d’honneur souligne en effet que « sur 307 archivistes paléographes et élèves de l’École nationale des chartes mobilisés au cours de la dernière guerre, 51 sont morts au champ d’honneur. Si on tient compte, en outre, des décès survenus des suites directes de la guerre, on constate que les pertes subies par l’école ont affecté le sixième de son effectif, proportion qui n’a jamais été dépassée par aucun autre établissement. C’est dire que l’École des chartes n’a pas failli à sa mission (…) et qu’elle a mérité la reconnaissance de la patrie. »

Néanmoins, lors de la cérémonie de remise du 11 janvier 1936, le président de la République invoquait aussi ses mérites civils : « L’École des chartes a mérité de prendre rang parmi les grandes institutions nationales auxquelles, depuis la guerre, le gouvernement de la République a décidé de conférer la croix de la Légion d’honneur. D’une part, en effet, ses élèves et anciens élèves ont bien servi la patrie au cours de la tourmente qui désolait le monde il y a quelque vingt années. (…) Par ailleurs, l’École poursuit avec un rare bonheur, depuis plus d’un siècle, une haute mission scientifique et technique. (…) Aussi suis-je très heureux, en présence des hautes personnalités qui lui forment aujourd’hui cortège, de lui remettre, au nom du gouvernement de la République, la croix de la Légion d’honneur par quoi ses armoiries seront désormais ennoblies et où les futurs chartistes puiseront de nouvelles inspirations de travail, de conscience et de désintéressement[1]. »

On remarquera qu’Albert Lebrun prenait soin de rappeler qu’il agissait au nom du pouvoir exécutif et non en tant que grand maître comme pour une réception dans l’Ordre, et que l’objet de son décret était essentiellement héraldique. Cela se traduit notamment par le fait que ces concessions de Légion d’honneur ne peuvent être suivies de promotions ultérieures, même si, par exception, les chasseurs furent autorisés en 1902 à substituer une croix de commandeur à celle de chevalier déjà accrochée à leur drapeau depuis 1859.

L’évolution vers une véritable appartenance ne fut poussée à son terme que pour l’ordre de la Libération, créé par l’ordonnance n° 7 du 16 novembre 1940, dont l’article 1er dispose que « Cet ordre est destiné à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’œuvre de la libération de la France et de son Empire. » Dans leurs armoiries, les 5 communes compagnons de la Libération suspendent donc logiquement l’insigne de l’ordre sous le blason.

Des mérites collectifs

Toutes ces concessions de croix de la Légion d’honneur présentent en commun deux caractères significatifs.

D’abord, chacune concerne une collectivité humaine — même représentée par un bâtiment de guerre. La notion de mérite reste ainsi pertinente. Mais son extension à un niveau collectif pose des questions comparables à celles que la théorie politique doit résoudre au sujet du peuple, ou plus encore de la nation. Les citoyens d’une ville sont-ils tous méritants vis-à-vis de ses actes collectifs ? Quels sont les mérites des habitants de Roanne aujourd’hui, et même cinquante ans après les hauts faits de leurs ancêtres ? Que signifie pour les Algérois, quarante-deux ans après le rapatriement des Français d’Algérie, l’attribution d’une croix à leur ville en tant que « capitale de la France combattante » ? Quelles sont les parts de solidarité collective, de mémoire historique et de fiction juridique dans les concepts de personnalité morale et notamment de nation ?

Un élément de réponse est apporté par le second caractère significatif des concessions de croix de la Légion d’honneur : même pour des collectivités civiles, elles n’ont jamais eu que des motifs militaires, et l’attribution de la Légion d’honneur à une ville ne peut être proposée que par le ministre de la Défense et non par celui de l’Intérieur. Or, la vaillance militaire se fonde le plus souvent, non seulement sur une bravoure personnelle, mais aussi sur une dynamique de groupe faite à la fois de capacité d’entraînement de quelques-uns, qui peut être récompensée à titre individuel, et d’émulation mutuelle entre tous, qui peut être entretenue au sein d’une troupe par des distinctions collectives : inscription de noms de bataille sur les aigles ou mention particulière dans le Bulletin des armées dès le Premier Empire, fourragères depuis 1916 (parmi lesquelles celle aux couleurs de la Légion d’honneur). Une telle dynamique peut aussi advenir en temps de paix, par exemple quand une vague d’émotion produit un élan de générosité, même si les mérites civils tiennent plus souvent à des efforts soutenus tout au long d’une carrière. Le souvenir d’événements où elle s’est manifestée marque les esprits et peut en susciter le renouvellement.

Plus généralement, les mérites acquis ne sont purement individuels que rarement : l’éducation reçue est essentielle à la production d’éminents serviteurs de l’intérêt général. Ainsi, l’esprit des concessions de croix de la Légion d’honneur rejoint celui de l’hérédité accordée dans certaines conditions au titre de chevalier d’origine légionnaire, comme la monarchie de Juillet l’avait marqué en assimilant leur traitement héraldique. Pas plus que les descendants de familles ainsi honorées, les collectivités décorées n’appartiennent à la Légion d’honneur. Mais pour reprendre les termes de l’ordonnance du 8 octobre 1814, ces « honorables souvenirs » rappellent à ces villes comme à ces familles de continuer à élever leurs enfants au « zèle pour le bien de l’État ».

Pierre Jaillard[2].
Bulletin de l’AHH, n° 56, 2014.

 


[1] « Chronique et mélanges », in Bibliothèque de l’École des chartes, XCVII, Paris, 1936, p. 213-224, aimablement communiqué par Jean-Michel Leniaud, actuel directeur de l’École nationale des chartes.

[2] Avec le concours du général Olivier Paulus, ancien directeur du service historique de la défense.

Real time web analytics, Heat map tracking

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :