Le nom de cette famille est connu en Normandie dès le XIe siècle. Il apparaît dans le Lyonnais en 1424, où Pierre Jaillard tient à Chaponost des terres appelées Le Jaillard, qu’un autre Pierre Jaillard possédera encore au XVIIe siècle. François Jaillard, son petit-fils, quitta Le Jaillard et s’établit tailleur d’habits à Lyon ; de lui vint Pierre Jaillard (1788 – 1851), qui épousa Mlle Charmy et se fixa à l’île Barbe, antique monastère sur la Saône où demeurent toujours ses descendants. Industriel, légitimiste, et catholique social comme son cousin Frédéric Ozaman, son fils Louis (1819 – 1891), chevalier de Saint-Grégoire-le-Grand, épousa une sœur de Mgr Neyrat et laissa cinq fils, dont trois firent souche.

Parmi ses descendants, il faut citer l’ingénieur civil de l’air Paul-Émile Jaillard, le chef d’escadron d’artillerie Joseph Jaillard (1857 – 1913), chevalier de la Légion d’honneur, et son fils, l’enseigne de vaisseau Pierre Jaillard (1894 – 1915), chevalier de la Légion d’honneur, qui coula avec le Léon-Gambetta pendant la Grande Guerre.

Henri Jaillard, né en 1897, ingénieur, chevalier de la Légion d’honneur et de Saint-Grégoire, a épousé Élisabeth Pariset, dont il eut six fils. L’aîné, Joseph, est mort au champ d’honneur en 1945 ; Henri, né en 1927, est colonel de l’air et officier de la Légion d’honneur. De son épouse, née Odile Rodier, sont issus neuf enfants, dont Pierre Jaillard, notre collègue.

Armes

Blason des Neyrat, relevé par les Jaillard : d’azur étoilé d’argent.

Blason moderne : d’or étoilé d’azur, à l’écusson de gueules chargé d’une croix gironnée à cinq branches entaillées d’argent.

Bulletin de l’AHH, n° 28, 1986.

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :