Lancrenon

Cette famille franc-comtoise de Lods produisit de nombreux légionnaires, parmi lesquels plusieurs lignées de légionnaires consécutifs à titre militaire comptant jusqu’à cinq générations.

Le premier légionnaire, en 1860, fut Joseph (1794 – 1874), peintre d’histoire et lithographe, qui dirigea le Musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon. Son fils Auguste-Louis (1838 – 1883), capitaine d’infanterie, fut aussi légionnaire.

Un neveu de Joseph, notaire à Besançon, eut à son tour trois fils polytechniciens et légionnaires : Ferdinand (1851 – 1917), ingénieur en chef des ponts et chaussées aux Chemins de fer de l’Est, officier ; Paul (1857 – 1876), général de division, commandeur ; et Henri (1859 – 1951), ingénieur en chef au Paris-Lyon-Méditerranée, chevalier.

Les deux frères ingénieurs ferroviaires eurent des fils légionnaires à la deuxième génération. L’aîné, Ferdinand, en eut six : deux officiers supérieurs tués pendant la Première Guerre mondiale et chevaliers, Georges (1877 – 1914), capitaine de dragons, à titre posthume, et Pierre (1880 – 1917), polytechnicien et chef d’escadron d’artillerie coloniale, de son vivant ; deux officiers de la Légion d’honneur, Jean (1883 – 1969), polytechnicien et ingénieur en chef des ponts et chaussées à la SNCF, et Marcel (1885 – 1969), officier de marine puis conseiller technique d’une entreprise de construction ; et enfin deux jumeaux commandeurs, Emmanuel (1886 – 1961), chanoine de Notre-Dame de Paris et membre du Conseil national de la Résistance, et Maurice (1886 – 1978), lieutenant-colonel d’artillerie puis ingénieur. Le dernier, Henri, eut deux fils officiers de la Légion d’honneur, mais sans enfants légionnaires : Paul (1888 – 1957), directeur de sociétés, et Bernard (1896 – 1981), observateur d’artillerie.

Parmi les fils de Ferdinand, trois eurent encore chacun un fils officier et légionnaire à la troisième génération. Georges laissa François (1905 – 1976), colonel d’infanterie, commandeur, père de deux officiers supérieurs de l’arme blindée et cavalerie et 4e légionnaires consécutifs : Georges (1934 – 2017 ; AHH 577), colonel, et Hervé, lieutenant-colonel, chacun père d’un fils colonel et 5e légionnaire consécutif né en 1969 : respectivement, Ghislain et Corentin. Michel (1917 – 2004), fils de Jean, était capitaine d’artillerie et officier de la Légion d’honneur. Enfin, Antoine (1923 – 1956), fils de Marcel, lieutenant de vaisseau de l’aéronavale, mourut pour la France en mission de bombardement sur l’aérodrome Almaza du Caire. Tous laissent une postérité susceptible comme eux d’adhérer à l’AHH.

Bulletin de l’AHH, n° 60, 2019.

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :