D’Albis

Cette famille aquitaine du Rouergue est originaire de Saint-Affrique, où elle apparut au début du xiiie siècle. Elle suit sa filiation depuis le xvie siècle, époque où elle devint protestante et s’enrichit beaucoup par le commerce. Elle se divisa en deux branches à la fin du xvie siècle :

-          la branche aînée de Gissac, éteinte au xxe siècle, dont le fondateur abjura le protestantisme et s’agrégea à la noblesse ;

-          la branche cadette, restée protestante, qui s’installa en 1612 à Millau, au xixe siècle en Suisse et au xxe siècle à Limoges, et qui produisit deux lignées de trois légionnaires consécutifs.

Dans cette dernière branche, un premier légionnaire fut François (1769 – 1832), maire de Millau (1815) et conseiller général de l’Aveyron. Mais le premier des trois légionnaires consécutifs (officier) fut son arrière petit-fils : Laurens (1880 – 1967), président du Syndicat patronal de la porcelaine, grand amateur d’art et collectionneur, qui, marié en 1906 avec Renée Haviland, héritière de la famille porcelainière américaine, s’installa à Limoges. Il en eut deux fils légionnaires : Roland (1908 – 1975), installé aux États-Unis, et Jean (1911 – 2004). Ce dernier, industriel porcelainier, commandeur de la Légion d’honneur et chevalier de Saint-Jean, entra tôt dans la Résistance et présida, comme agent consulaire de Suisse, les pourparlers qui aboutirent à la reddition des troupes allemandes du Limousin le 21 août 1944. Il avait épousé Florence Winckler en 1936 et en avait eu deux fils, depuis lors légionnaires à la troisième génération :

-          notre confrère Tristan d’Albis (AHH 637), ministre plénipotentiaire et ancien ambassadeur en Afrique du Sud, puis conseiller maître en service extraordinaire et rapporteur à la Cour des comptes, officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite et des Arts et des lettres, marié avec Anne Seydoux-Fornier de Clausonne (AHH 809) ;

-          son cadet Antoine d’Albis, ingénieur céramiste, chef du laboratoire de la manufacture de Sèvres et président de la Société des amis du Musée national de la céramique de Sèvres, chevalier de la Légion d’honneur, marié avec Elisalex de Baillet-Latour, puis avec Christina von Buschmann.

Armes

D’azur à un cygne passant d’argent surmonté d’un croissant entre deux étoiles, le tout du même, l’écu timbré d’une couronne de comte cimée d’un cygne et supporté par deux lions, avec la devise albus in albis, « blanc parmi les blancs » (armes parlantes par rapprochement du nom avec le latin albus, « blanc », couleur naturelle du cygne).

Bulletin de l’AHH, n° 57, 2016.

Real time web analytics, Heat map tracking

Connexion

Inscription

Pour vous inscrire et recevoir notre lettre d’information, veuillez renseigner les champs suivants :